BALAKIREV (M. A.)


BALAKIREV (M. A.)
BALAKIREV (M. A.)

BALAKIREV MILI ALEXEÏEVITCH (1837-1910)

Né à Nijni-Novgorod de parents peu fortunés, Balakirev, dès l’enfance, fut attiré par la musique, mais, faute de ressources matérielles, son instruction théorique se borna à dix leçons de piano que lui donna un excellent professeur, Dubuc. À seize ans, il fit la connaissance d’Oulybychev, un riche mélomane, auteur de la première biographie de Mozart, qui disposait, dans sa propriété, d’un orchestre réduit. Successivement, il confia au jeune homme des travaux de copie, puis des «arrangements» et, en fin de compte, la direction de son orchestre. Ainsi, d’une manière purement empirique et à force de disséquer lui-même des œuvres de grands compositeurs, Balakirev put acquérir quelques notions de composition musicale. Fort de ces connaissances, il résolut d’entreprendre une réforme de la musique et partit pour Saint-Pétersbourg où, se méfiant des vrais professionnels en raison de ses propres lacunes (il est à signaler d’ailleurs que le premier conservatoire russe ne fut inauguré qu’en 1862 — jusqu’alors les futurs compositeurs allaient étudier à l’étranger), il s’entoura d’un groupe d’amateurs autodidactes comme lui: Cui, Moussorgski, Borodine et Rimski-Korsakov. De la sorte se trouva fondé le «groupe des Cinq», dont la cohésion s’avéra de courte durée. «Lâché par sa couvée» (selon ses propres termes), Balakirev chercha une consolation dans le mysticisme, dans l’organisation d’une école de musique et de concerts publics gratuits. Ces entreprises aboutirent à ce qu’il appela son «Sedan musical»: l’orchestre présent au grand complet, Balakirev au pupitre et... un auditeur dans la salle. De dépit, pour cinq ans, il se fit chef de gare. En 1877, il regagna Saint-Pétersbourg, mais ce n’était plus le même homme: son enthousiasme éteint, il ne composa plus que des œuvres peu originales, d’une grande sagesse.

Pourtant, il avait eu une très grande personnalité de créateur, une personnalité qu’on ne sait plus apprécier de nos jours. En écoutant une de ses œuvres, on a en effet l’impression d’entendre tour à tour Borodine, Moussorgski, Rimski-Korsakov. Passionné par l’enseignement, apôtre plus encore que compositeur par vocation, Balakirev a distribué sa propre personnalité entre ses disciples, laissant chacun lui prendre ce qui convenait le mieux. Si Moussorgski, Borodine et Rimski-Korsakov n’avaient pas vécu, il aurait sans aucun doute passé pour un des plus grands compositeurs russes. Et, de toute façon, du point de vue de l’histoire son rôle est considérable, tant il a su deviner, encourager et modeler de jeunes musiciens sur qui il disposait d’une autorité tellement considérable que Rimski-Korsakov a pu parler d’un pouvoir quasi magnétique.

Balakirev, très exigeant pour les autres et pour lui-même, composait lentement (ne lui fallut-il pas près de vingt ans pour mettre définitivement au point son poème symphonique Thamar dont l’audition dure à peine vingt-cinq minutes!). Néanmoins, il a laissé un catalogue relativement important: deux symphonies, deux beaux poèmes symphoniques (Thamar et Russie ), une Ouverture espagnole , une Ouverture tchèque , une musique de scène pour Le Roi Lear de Shakespeare, un grand nombre de nocturnes, scherzos, mazurkas et valses pour piano, une sonate, une quarantaine d’excellentes mélodies — sans oublier le célèbre Islamey qui fut longtemps le cheval de bataille des pianistes virtuoses. Toutes ces œuvres prolongent Glinka et répondent à son dessein dans la mesure où elles concilient le respect des formes occidentales traditionnelles avec le culte d’un nationalisme musical.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Balakirev — [bä lä′kē ryef, bä΄lä kē′ryef] Mili Alekseyevich [mē′lē ä΄lyik sā′yə vich] 1837 1910; Russ. composer * * * …   Universalium

  • Balakirev — Balakirev, Milij Alekseevič …   Enciclopedia Universal

  • Balakirev — (Mili Alexeïevitch) (1837 1910) compositeur russe. Fondateur du groupe des Cinq …   Encyclopédie Universelle

  • Balakirev — [bä lä′kē ryef, bä΄lä kē′ryef] Mili Alekseyevich [mē′lē ä΄lyik sā′yə vich] 1837 1910; Russ. composer …   English World dictionary

  • Balakirev — Mili Balakirev Mili Balakirev Naissance 2 janvier 1837 Nijni Novgorod …   Wikipédia en Français

  • Balakirev — * Mily Balakirev * Balakirev The Buffoon …   Wikipedia

  • Balakirev — /baˈlakərəf/ (say bah lahkuhruhf), /bæləˈkɪərəf/ (say baluh kearruhf) noun Mily Alexeyevich /ˌmili æləkˈseɪjəvɪtʃ/ (say .meelee aluhk sayyuhvich), 1837–1910, Russian nationalist composer …   Australian English dictionary

  • Balakirev The Buffoon — is a 2002 Russian televised version of 1999 Lenkom theatrical presentation, written by Grigori Gorin.Genre Tragic comedy. Produced by KinoMost and Winburgh Holdings Ltd. Runtime 162 min. Language Russian.Theatrical version directed by Mark… …   Wikipedia

  • Balakirev, Mily — ▪ Russian composer in full  Mily Alekseyevich Balakirev  born December 21, 1836 [January 2, 1837, New Style], Nizhny Novgorod, Russia died May 16 [May 29], 1910, St. Petersburg  Russian composer of orchestral music, piano music, and songs. He was …   Universalium

  • Balakirev, Mili (Alexéievich) — (2 ene. 1837, Nizhny Novgorod, Rusia–29 may. 1910, San Petersburgo). Compositor ruso. En su juventud conoció al compositor nacionalista Mijaíl Glinka, el cual influyó en su estilo. El mismo Balakirev se convirtió posteriormente en el mentor de… …   Enciclopedia Universal